Trek Kalaw –> Inle

Arrivés à Kalaw, nous avons fait le tour des agences pour réserver un trek à destination de Pindaya. Bien sûr comme tout touriste qui se doit nous sommes arrivés la veille afin de réserver pour le lendemain 😀 Malheureusement aucun guide de dispo. On nous expliquera que cette destination est moins demandée et de fait nécessite une réservation à l’avance pour que les agences puissent s’organiser avec les familles locales. Après hésitation nous nous sommes retranchés sur le trek Kalaw –> Inle. C’est à reculons que nous avons fait ce choix car bien sûr comme la plupart des gens nous voulions un peu sortir des sentiers battus et là nous avons signé pour l’autoroute touristique du Myanmar. Mais toi lecteur ne t’y trompe pas, on ne s’attendait pas à vivre voyage en terre inconnue !

Trek Kalaw-Lac Inle

Agence

 Nous avons réservé avec Sam’s Familly. Cette agence propose des treks allant de 1 à 3 jours. Les groupes sont constitués de 2 à 10 personnes (souvent finalement limités à 7). Le prix/personne varie en fonction du nombre de participants (au delà de 5 personnes le prix ne diminue plus). Mais toutes les agences proposent les mêmes prestations. Et pour avoir fait le tour de ces dernières toutes avaient l’air sympas et professionnelles. Mais bon le seul retour concret que l’on puisse donner est celui de Sam’s Familly. Nous vous la conseillons chaudement. Nous avons aussi reçu un avis d’une personne rencontrée qui venait juste de finir son trek avec Komin. Il en parlait avec tellement d’entrain et de joie après ce qu’il avait vécu qu’il me semblait bon de le mentionner !

Question budget nous en avons eu pour 45 000 kyats/personne pour un trek de 3 jours et 2 nuits (nous étions un groupe de 6).  Là encore la plupart des compagnies proposent des prix semblables.

Le prix du trek comprend la prestation du guide, les repas, les nuits chez l’habitant et la traversée du lac Inle en pirogue.  Cependant il faut ajouter à cette somme un ticket pour un droit d’entrée au Lac Inle de 12 500/personne. Ce pass est valable une semaine et bien sûr exclusivement réservé aux touristes !

Le trek

Expérience inoubliable que ces trois jours passés à crapahuter le long des rizières et des terres fertiles. Si vous êtes de nature curieuse alors n’hésitez pas à poser des questions à votre guide qui est une mine d’informations.  Pour notre part nous avons eu la chance d’être accompagnés de deux guides (l’un étant en formation). On sentait vraiment qu’ils avaient à cœur de partager leur savoir sur les eus et coutumes des 5 ethnies croisées sur le tracé du trek.

Nos deux guide à la recherche d'arachides

Nos deux guides à la recherche d’arachides

Question paysage, vous en prendrez plein les mirettes ! Nous écrivons ces quelques lignes en décembre à la suite de notre trek. Selon la saison, l’altitude, l’eau disponible dans les vallées et la rotation des cultures vous ne verrez pas les mêmes paysages. Pour l’essentiel nous avons vu des rizières (« water rice » et « mountain rice »), des champs de thés, de piments, de choux fleurs, de cacahuètes, de sésames, de maïs, de tomates, de gingembres, d’ails et d’herbes aromatiques. Et oui on est bien loin de la monoculture que l’on connaît si bien nous béarnais étouffés par les champs de maïs à perte de vue. Vous pourrez également voir les femmes et les hommes travailler de la façon la plus noble qui soit à la force de leurs bras et à l’aide parfois de buffles pour les travaux de labour.

Piments qui se dorent la pilule !

Piments qui se dorent la pilule !

Et côté humain alors ? La journée difficile de dire que vous partagerez du temps avec les locaux car vous serez occupés à transpirer sous la chaleur birmane. Mais vous ne serez pas en manque de sourires et de « Mingalaba ». C’est le soir arrivé que dans les villages vous pourrez partager des moments avec les locaux. Ils ont désormais l’habitude de côtoyer des occidentaux mais n’en demeurent pas moins toujours aussi accueillants. Les villages n’ont d’ailleurs pas l’air d’avoir subit de transformation du fait du passage des touristes. Les maisons restent en bambou et les douches restent des récipients d’eau. Et les toilettes… Ah les toilettes… allé on vous laisse la surprise !

kalaw_gong

Conclusion

Alors du coup vous êtes en train de nous expliquer que ce trek si touristique en vaut la peine ?

En bien c’est pour nous un grand étonnement mais OUI. OUI ce trek sera l’un de vos souvenirs le plus fort de votre voyage en Birmanie. Bien sûr parce que le lieu à tout pour plaire mais surtout car les agences qui proposent ces treks ont su variés les chemin empruntés et que les villages traversés ne ressemblent pas à des habitations aux devantures remplies de souvenirs faussement artisanaux. On espère bien sûr que cela restera ainsi. Alors pourquoi écrire un article qui potentiellement attirerait d’autres touristes? Et bien parce que l’on sait pertinemment que si tu lis cet article c’est que t’es un de nos potes  (2 visites par jour du site)  ou bien un mec égaré et si c’est le cas vraiment on te félicite d’avoir tenu jusqu’au bout de cet article !

Jems

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *